Tito

Tito est un ami de Wumi. Quand nous lui avons parlé de notre podcast, il a trouvé le principe très intéressant. Nous lui avons alors proposé d’y participer d’autant plus que nous connaissions sa face B et qu’on pensait qu’elle pouvait intéresser. Il nous a raconté sa vie à travers les repas et l’a imagé de nombreuses anecdotes de repas drôles et touchantes. Écoutez plutôt…

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram @LesFacesB et découvrir les autres épisodes de l’émission ici sur SoundCloud et sur notre site lesfacesb.fr !

Vous pouvez aussi nous retrouver sur Radio Terre de Mixes 90.1 en Essonne ou sur leur site internet : www.mjclimours.fr/radio-terre-de-mixes/ les Mardis, Jeudis et Samedis à 8h15 et 12h15 !

Anne
le 8 décembre 2019 à 6:00

Beryl

Nous avons rencontré Beryl lors de la permanence de l’association Queer Auvergne. Elle a une voix posée et tranquille. On avait ressenti dès notre première rencontre son envie de ne faire de mal à personne, de respecter tout le monde et de faire attention aux pronoms, prénoms et aux mots à utiliser pour définir correctement une personne. Vous retrouverez cette immense douceur et bien d’autres choses dans le récit de sa vie à travers ses repas et dans sa Face B. Merci beaucoup à toi Beryl.

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram @LesFacesB et découvrir les autres épisodes de l’émission ici sur SoundCloud et sur notre site lesfacesb.fr !

Vous pouvez aussi nous retrouver sur Radio Terre de Mixes 90.1 en Essonne ou sur leur site internet : www.mjclimours.fr/radio-terre-de-mixes/ les Mardis, Jeudis et Samedis à 8h15 et 12h15 !

Anne
le 2 décembre 2019 à 6:00

Annie

Nous avons rencontré Annie lors du festival Groseille & Ciboulette. Sans nous en dire beaucoup, elle nous a invité à manger chez elle. Nous y sommes allées, puis nous avons enregistré son histoire et passé une très bonne nuit chez elle. On vous laisse écouter cette personne qui nous a passionné.

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram et découvrir les autres épisodes de l’émission sur SoundCloud et sur les autres plateformes d’écoute en ligne ! Vous pouvez aussi nous retrouver sur Radio Terre de Mixes 90.1 en Essonne ou sur leur site internet : www.mjclimours.fr/radio-terre-de-mixes/ les Mardis, Jeudis et Samedis à 8h15 et 12h15.

Anne
le 1 décembre 2019 à 7:06

Morgane

Nous avons eu l’honneur de rencontrer Morgane lors de notre passage à Clermont Ferrand. Présidente de l’association QUEER Auvergne mais surtout mangeuse coriace de crêpes et de Götzleme, elle nous a offert une belle interview qui nous l’espérons vous plaira.

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram et découvrir les autres épisodes de l’émission sur SoundCloud et les autres plateformes d’écoute en ligne. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Radio Terre de Mixes 90.1 en Essonne ou sur leur site internet : www.mjclimours.fr/radio-terre-de-mixes/ les Mardis, Jeudis et Samedis à 8h15 et 12h15 !

Anne
le 1 décembre 2019 à 7:01

Stef

On a rencontré Stef lors d’un festival local “La voie des colporteurs” qui se déroulait cet été dans un petit village non loin d’Oyonnax. Elle et sa famille nous ont accueilli durant une semaine et ils nous ont partagé leur quotidien ! On est très heureux.se de les avoir rencontré et on remercie Stef de s’être confiée à nous pour cette émission !

RDV tous les mardis, jeudis et samedis à 8h15 et 12h15 sur la FM 90.1 et sur Radio Terre de Mixes – www.mjclimours.fr/radio-terre-de-mixes/ – pour découvrir Stef et plein d’autres histoires en libre accès sur toutes les plateformes d’écoute en ligne !

Anne
le 29 novembre 2019 à 6:15

Gina

Il vaut mieux un bon plat de spaghettis entre amis, que du caviar avec des connards !

Gina, Rochefort-sur-Nénon

Découvrez l’émission A TAAABLE ! Etc… L’émission qui raconte vos repas, mais pas que !
Cette émission est à l’initiative du projet Les Faces B qui a pour but de vous faire découvrir des anecdotes, des philosophies de vies différentes. On espère qu’elle vous plaira et qu’elle vous inspirera.

Voilà bientôt deux mois qu’on voyage en camion aménagé. Notre objectif est de découvrir ce beau pays qu’est la France. Mais notre projet est de récolter des récits de vies autour du thème des repas ! On a rencontré Gina, une habitante de Rochefort-sur-Nénon. Elle nous a très agréablement accueilli pour boire un café et elle a bien voulu répondre à nos questions sur les repas.

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram et retrouvez notre première émission sur SoundCloud et toutes les plateformes d’écoute en ligne !

Anne
le 29 novembre 2019 à 5:51

Samedi 20 juillet 2019

Avec autant de retard, qu’est-ce qu’il me reste comme souvenirs du 18, 19, 20 et 21 juillet ?

Évidemment, le premier souvenir qui me vient en tête, c’est la naissance de mon premier neveu le samedi 20 juillet. J’aimerais dire que c’est un souvenir magnifique mais ce n’est pas vrai. Ce n’est pas vrai parce que je n’étais pas là. Ce n’est pas vrai parce que je n’ai pas été connectée à mon portable de toute la journée. Ce n’est pas vrai parce que lorsque j’ai appelé ma sœur pour lui souhaiter son anniversaire, elle m’a annoncé que ma grande-sœur par alliance avait perdu les eaux le matin. Ce n’est pas vrai parce qu’après ce coup de téléphone et un autre plein d’émotion de ma grand-mère, j’avais 679 messages sur le groupe famille. J’avais toute une journée remplie d’émotion, de souvenirs remémorés, de participations rigolotes, de nouvelles de la courageuse mère, de joli vidéos de réactions émouvantes de la part de ma famille et je n’y étais pas. J’ai regardé sur mon téléphone une entière journée s’écouler en me sentant tellement loin, tellement seule, tellement triste, tellement à part.

J’ai été triste plusieurs jours et je ne comprenais pas pourquoi, il m’a fallu finalement en parler avec Wumi pour comprendre. Et alors, j’ai eu le mauvais réflexe. Je leur en ai voulu de m’avoir laissée à part. Je leur en ai voulu de ne pas avoir essayé de me contacter par tous les moyens comme le jour où j’ai pris par accident la valise de ma grand-mère qui rentrait d’un séjour. Je leur en ai voulu et ce n’était pas la bonne solution.

Enfin, il m’a fallu un certain temps pour admettre que j’étais responsable. J’ai choisi cette vie de vagabonde qui ne me promet pas d’assister à tous ces évènements importants. J’ai choisi de ne pas être toujours là. Je me suis rendue compte que ce serait dur parfois, que ça allait me rendre triste de temps en temps et qu’ils allaient me manquer souvent.

Et alors, j’ai eu une belle pensée. Je me suis dit que ce petit bout d’humain m’avait attendue. Il est né après que j’ai tout lu, tout écouté, tout regardé. Il est né quand mon portable était posé sur la table et qu’à chaque vibration moi aussi, comme tous les autres membres de ma famille, je sautais sur mon portable pour savoir si c’était bon, s’il était né et s’il était en bonne santé. Il est né sur tous nos portables en même temps (c’est la magie du 21ème siècle), quand on était tous réunis, tous ensemble. C’est ce que je me dis maintenant et putain je l’aime et je le remercie ! Et puis maintenant que je peux regarder plus loin que moi et mon malheur, je suis tellement heureuse pour ses parents, pour nos parents aussi, pour ma grand-mère. Bon, pour toutes les personnes que ça a touché de prêt ou de loin. J’aime ma famille et j’ai fait un choix que je ne regrette pas. Et puis, maintenant, ma famille, c’est aussi une femme et une petite chienne que j’aime à la folie, et ça c’est magnifique.

Évidemment aussi, cet évènement écrase tous les autres et je n’ai pas vraiment envie de m’étaler sur le reste. On a passé tout le week-end en compagnie d’une famille suisse et péruvienne qui vivait en camion aménagé. Et, franchement, on est super heureuse de les avoir rencontrés.

P.S. : Afin de rétablir la vérité, je tiens à préciser que mon père m’avait envoyé un message où il voulait probablement m’alerter de la naissance proche de mon neveu, mais il est parfois difficile de comprendre mon père. Et ma grande sœur m’a appelée le matin. #Jevousaipasoublié xxx

Anne
le 5 août 2019 à 4:39

Mercredi 17 Juillet

Aux alentours de 9h, les travailleurs sont arrivés. Nous sommes restées un peu au lit, tout en laissant Flaca explorée seule les environs. Quand elle a commencé à aboyer, il était temps pour nous de sortir aussi. Nous sommes allées saluer nos bienfaiteurs, ils nous ont chaleureusement accueillies. Cyril nous avait prévenues qu’ils seraient occupés dans la matinée et qu’on aurait plus le temps de parler avec eux dans l’après-midi. On les a donc laissés tranquille et nous sommes allées au marché de Saint – Sauveur. Nous avons pris notre petit-déjeuner (exceptionnel car avec des très bonnes viennoiseries) dans le parc du Musée de Colette. Je vous laisse vous renseigner sur cette personne si vous en avez envie. Et nous sommes retournées les voir.

Nous avions eu la même idée de déjeuner et avons donc pu compléter les salades avec nos tomates fraîches et notre morbier du fromager. Nous avons mangé avec la mère de Pauline (une des salariés du jardin), ses nièces, Antoine et Mathieu (les deux autres salariés). L’ambiance était super bonne, on se sentait tellement bien. Ils étaient heureux de répondre à nos questions et de découvrir notre projet. Ils étaient contents de nous parler de leur début, de leur difficulté et puis du moment où Marion leur a mis à disposition ce bout de terrain à l’abandon. On adorait les écouter. Ils étaient passionnés, heureux, ils travaillaient dans la bonne humeur et étaient contents de véhiculer leur belle histoire qui leur a demandé beaucoup de travail. Beaucoup, beaucoup de travail avant d’arrivée à ce beau jardin fonctionnel, à ces ateliers cuisine, potager bio, etc. qu’ils animent, à tous ces adhérents heureux de venir…

L’après-midi, ils avaient organisés un atelier bricolage avec Céline de l’association « Au bonheur des chutes ». Comme son nom l’indique, elle fait le tour des grands magasins de bricolage de la région et récupère gratuitement ce qu’ils jetteraient si elle n’existait pas. Elle avait prévu de construire quatre bancs et huit tabourets en deux séances avec des adhérents de l’association du p.a.r.c. Ils nous ont proposé de participer et on a accepté. Les personnes inscrites à cette activité étaient très hétérogènes, il y avait, par exemple, un monsieur dont le métier est de construire des bacs en bois pour potager et des dames qui avaient toujours laissées leur mari faire tous les travaux. D’ailleurs petite anecdote : un des maris est passé à côté d’elles à un moment : “

  • Et bah dis donc, c’est bien la première fois que je te vois derrière une visseuse !
  • En même temps, c’est bien la première fois qu’on me laisse être derrière une visseuse !”

La construction a avancé dans la bonne humeur et dans le respect des connaissances et du temps d’apprentissage de chacun. Nous avons eu le droit à une pause aux alentours de 17h avec de la limonade maison.

Puis, nous sommes parties pour aller voir un spectacle qu’ils nous avaient conseillés le midi à une demi-heure à pied : l’Histoire de France en une heure par la compagnie La Gargouille. On a passé un très bon moment, le spectacle était rythmé, les acteurs se connaissaient par cœur et on a beaucoup rigolé.

Fatiguées, nous sommes rentrées sans payer un coup à la buvette, nous nous sommes fait une salade sans grand intérêt et nous nous sommes couchées.

Anne
le 27 juillet 2019 à 4:33

Mardi 16 Juillet

Il faut que je trouve une formule pour ne pas barber tout le monde avec la routine petit déjeuner-rangeage du camion-vaisselle-balade-départ quand elle n’a rien d’exceptionnelle.

Nous sommes parties donc aux alentours de 11h pour Auxerre. Nous avons rapidement trouvé un parking gratuit, un tabac et un endroit où nous acheter de quoi nous faire des sandwichs. Nous nous sommes posées sur un banc dans une rue piétonne large avec des arbres, on ne va pas appeler ça un parc. Nous avons très vite pris la décision de ne pas rester dormir à Auxerre.

Après le déjeuner, nous sommes allées nous poser dans un bar où nous avons pris des cafés, nous avons écrit des articles et nous avons vu qu’un café associatif que nous avions repéré avant notre départ organisait une soirée « Puisaye des possibles » le soir même. Nous sommes parties vers 17h pour Villeneuve-les-Genêts.

On a galéré pour trouver un endroit où éventuellement dormir et notre choix final était pourri. Une petite ruelle à sens unique à l’arrière du café indiqué par un homme avec un immense jardin. Mais bon, on en avait marre de chercher et puis, optimistes, on se disait que dans le café on nous indiquerait bien un meilleur endroit.

Dans le café, il n’y avait qu’une personne : Cyril. On a parlé avec lui de nous, on lui a très rapidement dit qu’on cherchait un chouette endroit où dormir. Et là, le pouvoir des réseaux humains s’est imposé à nous. Il nous a trouvé un jardin appartenant à une dame qui le prête à une association. Il a appelé toutes les personnes concernées, elles ont toutes accepté de nous laissery dormir au moins pour cette nuit. On était tellement heureuses et rassurées. On l’a remercié. Et il a continué à nous conseiller des endroits “alternatifs” dans la région et des lieux où on pourrait trouver refuge. Puis on a parlé du Café associatif. Il s’appelle « Chez M’an Jeanne et Petit Pierre ». M’an Jeanne est une artiste découverte à 71 ans. Avant, elle était occupée à travailler et à ne pas dessiner. L’exposition présentait le travail des élèves de l’école autour des personnages qu’elle avait créé. Puis, nous avons pris une bière en attendant que d’autres arrivent pour la soirée organisée.

Ne voyant personne venir, nous en avons profité pour l’interviewer. Malheureusement, et promis on ne fait pas exprès, nous n’avions pas de micro sur nous et le son obtenu avec le téléphone de Wumi n’est pas incroyable. Mais ça s’est super bien passé et ça nous a grave motivé à continuer.

Ne voyant toujours personne venir à part Florence, une des personnes qui gère également le café, nous avons demandé à Cyril de nous expliquer le principe de sa soirée. C’est un évènement régulier où les personnes qui ont des idées mais qui n’ont pas le temps ou les moyens ou qui nécessite plusieurs personnes ou qui ne veulent pas le faire tout seul les écrivent sur des feuilles accrochées à des tables. Les personnes qui sont intéressées et/ou qui veulent y participer s’y inscrivent. Pour le moment, le projet en est à ce stade là et il y a beaucoup d’idées. La prochaine étape c’est de mettre les personnes en relation pour donner vie à ces idées. Nous les avons aidés à regrouper les envies par thème.

Puis, aux alentours de 21h, nous sommes parties en direction du jardin que Cyril nous avait trouvé. La propriétaire, Marion, est venue nous accueillir. Elle nous a montré les toilettes sèches et la superbe cuisine. Elle n’a pas pu rester bien longtemps avec nous, parce que ses chiens ne savaient pas que nous étions accompagnées de Flaca et, pour le moment, ils n’étaient pas super ravis.

Elle nous a laissé, on n’imaginait pas que ça pouvait être un endroit aussi beau et accueillant même de nuit. On se sentait tellement « à la maison » qu’on a voulu télécharger un épisode de la série POSE mais il n’y avait pas de réseau du tout. Pas grave, on a mangé et on est allé se coucher.

Anne
le 27 juillet 2019 à 3:42

Dimanche 14 Juillet

Nous sommes le 27 juillet quand j’écris cette journée mais heureusement, je me suis laissée des mots clés dans mon carnet pour retracer fidèlement nos journées.

Visiblement, nous avons mal dormi toutes les deux. Après un petit déjeuner banal et une vaisselle habituelle, nous avons fait une petite balade dans le village qui nous a amenées à la pizzeria. Nous avons hésité à nous arrêter pour manger. Mais, le repas républicain du 14 juillet était prévu le soir. Ils allaient installer plein de tables et de chaises. Toutes les personnes voulant y participer devaient apporter quelque chose à manger et s’asseoir à une table. Peut-être que si nous avions mieux dormi et que nous n’avions pas appris la veille que le village voté majoritairement FN, nous nous serions installées avec eux, super heureuses de rencontrer plein de monde. Mais, comme vous l’avez compris, ce ne fut pas le cas et on réserva la pizzeria pour le soir.

Nous sommes retournées au camion. Nous nous sommes fait à manger en continuant de lire Paul B. Preciado. Nous avons mangé des nouilles chinoises avec des haricots verts et des tomates devant un match de tennis où un jeune garçon affrontait sa mère et sa grand-mère.

Après le repas, Wumi est allée se reposer dans le camion, j’ai lu un peu du volume de Lucky Luke que j’ai emprunté à ma famille. J’ai nettoyé le réchaud et j’ai écrit dans mon carnet. Wumi m’a rejoint et après avoir regardé un match de tennis bilingue anglais-français, nous sommes allées à la pizzeria.

Le repas républicain avait déjà beaucoup de succès. Nous étions contentes d’avoir notre table à l’écart et de manger des pizzas dans un restaurant qui vendait son propre pain le matin. Un concert a commencé à 20h30. Un guitariste restait sur scène et les accompagnateurs.rice-chanteuse.rs se relayaient à ses côtés (il y a eu trois hommes puis une femme). J’ai eu envie de prendre une photo de toute la place et je me suis fait cramée par une femme attablée. Je suis allée la voir pour lui montrer la photo. Quand j’ai raconté qui nous étions, elle m’a répondu : « Aaaaaah c’est vous les manouches ! » Et, mon réflexe à vouloir me faire aimer de tout le monde, de ne pas poser de problèmes, de ne pas créer de débats, de ne pas gêner, déranger, embêter, m’a fait continuer sa blague. Je me suis soulée. Un homme a changé de sujet. J’en ai profité pour partir et le raconter à Wumi : lui raconter la phrase de la dame et ma réaction qui m’a énervée.

Puis, le concert s’est transformé en bal avec comme première chanson le maddison puis le kuduro … Une table derrière nous était occupée par des touristes. Je suis allée leur parler, leur dire que c’était des sons que l’on entendait très souvent dans ce genre de fête. Ils étaient ravis, c’est exactement ce qu’ils cherchaient : un petit village paumé en France avec de la chanson française en première partie et un bal réunissant des personnes âgées et des enfants, tous souriants. Parfait.

Enfin, la soirée républicaine s’achevait par un tour du village avec les enfants tenant des torches et un camion de pompier qui ouvrait la marche. Nous avons suivi le cortège et l’avons dépassé à la fin pour aller voir les feux d’artifice pénardes. Autour du village coule une rivière, un pont le relie à notre campement. Sur ce pont, se trouve toujours un vieil homme qui nous salue tous les matins et nous parle à chaque fois qu’il nous voit. Nous sommes parties vers le camion chercher nos chaises, il nous a vu et nous a conseillé de le rejoindre parce qu’il avait la meilleure place. Il avait raison. Il nous a souhaité bonne nuit avec le sourire, nous avons fumer une dernière clope et nous nous sommes couchées.

Je vais en profiter pour vous raconter lundi. Nous avons fait une grande balade avec Flaca et nous avons fait notre première douche solaire. Point.

Anne
le 27 juillet 2019 à 2:52

Contenus qui pourrait vous intéresser

Ma couleur de peau
Une semaine “première fois”