Mardi 16 Juillet

Il faut que je trouve une formule pour ne pas barber tout le monde avec la routine petit déjeuner-rangeage du camion-vaisselle-balade-départ quand elle n’a rien d’exceptionnelle.

Nous sommes parties donc aux alentours de 11h pour Auxerre. Nous avons rapidement trouvé un parking gratuit, un tabac et un endroit où nous acheter de quoi nous faire des sandwichs. Nous nous sommes posées sur un banc dans une rue piétonne large avec des arbres, on ne va pas appeler ça un parc. Nous avons très vite pris la décision de ne pas rester dormir à Auxerre.

Après le déjeuner, nous sommes allées nous poser dans un bar où nous avons pris des cafés, nous avons écrit des articles et nous avons vu qu’un café associatif que nous avions repéré avant notre départ organisait une soirée « Puisaye des possibles » le soir même. Nous sommes parties vers 17h pour Villeneuve-les-Genêts.

On a galéré pour trouver un endroit où éventuellement dormir et notre choix final était pourri. Une petite ruelle à sens unique à l’arrière du café indiqué par un homme avec un immense jardin. Mais bon, on en avait marre de chercher et puis, optimistes, on se disait que dans le café on nous indiquerait bien un meilleur endroit.

Dans le café, il n’y avait qu’une personne : Cyril. On a parlé avec lui de nous, on lui a très rapidement dit qu’on cherchait un chouette endroit où dormir. Et là, le pouvoir des réseaux humains s’est imposé à nous. Il nous a trouvé un jardin appartenant à une dame qui le prête à une association. Il a appelé toutes les personnes concernées, elles ont toutes accepté de nous laissery dormir au moins pour cette nuit. On était tellement heureuses et rassurées. On l’a remercié. Et il a continué à nous conseiller des endroits « alternatifs » dans la région et des lieux où on pourrait trouver refuge. Puis on a parlé du Café associatif. Il s’appelle « Chez M’an Jeanne et Petit Pierre ». M’an Jeanne est une artiste découverte à 71 ans. Avant, elle était occupée à travailler et à ne pas dessiner. L’exposition présentait le travail des élèves de l’école autour des personnages qu’elle avait créé. Puis, nous avons pris une bière en attendant que d’autres arrivent pour la soirée organisée.

Ne voyant personne venir, nous en avons profité pour l’interviewer. Malheureusement, et promis on ne fait pas exprès, nous n’avions pas de micro sur nous et le son obtenu avec le téléphone de Wumi n’est pas incroyable. Mais ça s’est super bien passé et ça nous a grave motivé à continuer.

Ne voyant toujours personne venir à part Florence, une des personnes qui gère également le café, nous avons demandé à Cyril de nous expliquer le principe de sa soirée. C’est un évènement régulier où les personnes qui ont des idées mais qui n’ont pas le temps ou les moyens ou qui nécessite plusieurs personnes ou qui ne veulent pas le faire tout seul les écrivent sur des feuilles accrochées à des tables. Les personnes qui sont intéressées et/ou qui veulent y participer s’y inscrivent. Pour le moment, le projet en est à ce stade là et il y a beaucoup d’idées. La prochaine étape c’est de mettre les personnes en relation pour donner vie à ces idées. Nous les avons aidés à regrouper les envies par thème.

Puis, aux alentours de 21h, nous sommes parties en direction du jardin que Cyril nous avait trouvé. La propriétaire, Marion, est venue nous accueillir. Elle nous a montré les toilettes sèches et la superbe cuisine. Elle n’a pas pu rester bien longtemps avec nous, parce que ses chiens ne savaient pas que nous étions accompagnées de Flaca et, pour le moment, ils n’étaient pas super ravis.

Elle nous a laissé, on n’imaginait pas que ça pouvait être un endroit aussi beau et accueillant même de nuit. On se sentait tellement « à la maison » qu’on a voulu télécharger un épisode de la série POSE mais il n’y avait pas de réseau du tout. Pas grave, on a mangé et on est allé se coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 6 =